vendredi 5 octobre 2018

Danae Plongera à partir de 2020












Ce n’est pas une prédiction, simplement le résultat d’un calcul statistique. A partir de 2020 Danae plongera…à moins qu’elle ne change d’activité, maintenant, en se mettant à proposer des cosmétiques maisons à base de voyance, pour femmes et pour hommes, en revenant à son premier métier de shampouineuse.

Danae se distinguait de ses concurrents en proposant un contrat de voyance, premier modèle du genre. Sa présentation est, presque, un sans faute, mais il y a un gros problème non résolu. Ce ne sont pas ses prestations. Elle pourrait proposer de la dinde en voyance, ce serait pareil. Afin de ne pas éveiller les procédures, avant l’heure, résumons l’affaire par deux mots clés, chaine ou encore boule. Les futures victimes auront aussi intérêt à s’intéresser à son avocate Anne Laure Gaspérini, s’ils veulent récupérer leur argent. Non qu’elle soit particulièrement riche pour, éventuellement, les indemniser. Es qualité d’auxiliaire de justice elle a l’obligation de souscrire une assurance pour ses activités. Voila le principal motif de ce centre d’intérêt. Danae ne plongera pas seule. Elle sera accompagnée dans sa chute.

Notez que Danae peut dès aujourd’hui s’éviter tous ces ennuis en renouant avec le peigne. Par exemple en créant la gamme de produits de beauté Danae voyance. Elle a là, certainement, un bien meilleur avenir pour établir sa notoriété. Certes il lui faudra prospecter, démarcher, les salons de coiffure pour proposer sa gamme de produits, et gérer les stocks. Elle gagnera moins au début, mais sans courir de risques pour sa liberté en préparant solidement sa fortune, pour ses vieux jours.


Les conseils, c’est connu, sont donnés pour ne jamais être suivis. Dommage! La clientèle perd l’occasion de connaître, et d’essayer, les produits de beauté de voyance Danae Roux. Au besoin en s’aidant des grimoires magiques oubliés de la région Provence Alpes Côte d’Azur, pour la composition de ses philtres de beauté, et de ses élixirs de bien être. C’est comme cela que débutait la saga commerciale de l’anis Marie Brizard. Et, plus tard, du pastis Paul Ricard.

un débat...lage sous contrôle

Un débat...lage sous contrôle. un débat...lage sous contrôle Malaise présidentiel, l'appel au débat daté 13 janvier 2019 se pl...